• Incongruité des "traductions" du Docteur Hitz, Labarrère & Sanna

    L'incongruité des "traductions" du Docteur Hitz :

    Selon son "classement" arbitraire, qui donne le n° de page de : Glozel Corpus des Inscriptions (Docteur A. Morlet,  Editions Horvath), au lieu de donner le n° des planches (ce qui serait plus logique)… Or cette Tablette Glo – 71 (avec 8 lignes de glyphes ; où il découvre comme par hasard le mot "Chlausei", pour Glozel en 5ème ligne), est en fait la Planche XLVI, qui a 10 lignes de glyphes. Il n'y a pour ainsi dire pas de traduction (seuls 4 mots supposés, sur 20…, sont soi-disant "traduit"), les mots qui ne le sont pas, sont écrit avec une majuscule, en leurs donnant une orthographe à la manière gauloise…, et sont considérés comme des patronymes et/ou ethnonymes…, les mots en italiques sont incertains, les entre-parenthèses sont des rajouts, suggérés par le "traducteur"..., pour conforter sa pseudo "traduction"…

    Vun T(u)n ………………..Vun Tun (a dédié)

    Camu Eitu-tag……….……à Camu Eitu-tag, (fils d')

    Ekh(e)nhi Kousai……..…..Ekhenhi Kousaios.

    eu tul(u)siec Kikik…….….le toulousain Kikic (est venu)

    nemu Chlausei t(e)ct…...…au lieu sacré de Chlause "Glozel".

    Lap toul(u)siau v(i)nke…...Lapios a vaincu à Toulouse

    Uepa T(u)n…………….…Vepa tun, (fils de)

    L(a)p(i)t(ii) Vetii…………Lapitios Vetios.

    Fig 3 (fig. 53 et/ou 47 p. 112 de son livre) - < 15 : "à l'est" & Fig 4 (fig. 54 et/ou 48 p. 113 de son livre) - < 15a : "La pierre" (un même signe traduit par 2 ou 3 mots… avec un sens différent…)

    Fig 3 & 4 - V : "lève" & Fig 6 & 7 - V : "20" (un même signe avec 2 sens différents, dont un chiffre sans rapport avec les nombres étrusques dont sont tirés les chiffres romains…, alors que selon ce "traducteur", l'époque de rédaction se situe dans la période romaine… Et que, si c’est de l’hébreu…[jeu de mot], on s’attendrait plutôt à voir des lettres/chiffres hébraïques. Enfin, c’est du chinois tout ça… !)

    Fig 4 - Λ 17a : "dominé" & Fig 6 / 7 - Λ : "40" (un même signe avec 2 sens différents, dont un chiffre sans rapport avec les nombres étrusques dont sont tirés les chiffres romains…, alors que selon ce "traducteur", l'époque de rédaction se situe dans la période romaine…)

    Fig 3 - X : "rayon" & Fig 4 - X : "50" (un même signe avec 2 sens différents, dont un chiffre sans rapport avec les nombres étrusques dont sont tirés les chiffres romains…, alors que selon ce "traducteur", l'époque de rédaction se situe dans la période romaine…)

    Fig 3 & 4 - 2 croix gammée (l'une dextrogyre, l'autre sénestrogyre) : "Sirius" (un même sens, pour 2 glyphes au sens différent, qui requerraient pourtant 2 traductions…)

    Fig 3 (30) - O avec + à l'intérieur : "le cour du soleil" & Fig 4 (70) - O : "Soleil" (un sens proche, pour 2 glyphes différents qui requerraient 2 traductions…, glyphes 77 & 90 ou 30 p. 112 & 113 de son livre…)

    Fig 3 & 4 (32a) -└ (lu de droite à gauche) : "couché" & (33) - ┘ (lu de gauche à droite) : "grandit" (2 sens différents pour un même signe puisque lu en boustrophédon…), alors que (29) - ┐ : "se couche" (est lu pareillement à 32a pourtant écrit différemment…)

    Fig 3 & 4 (28) - Ͻ : "lune" & Fig 10 - Ͻ : "100" (2 sens différents pour un même glyphe…, alors que dans la Fig 10, un autre glyphe pourtant écrit en miroir - C est bizarrement traduit à l'identique…)

    Fif 4 (38) - T : "feu" & Fig 10 - T : "X (fois)" (2 sens différents pour un même glyphe…, sans compter que cette Fig 10, présentée comme fig. 65 p 124 de son livre, est traduite : 40 + 2 + 100 + 50 + 10 + 50)

       En dehors du fait, que c'est tomber dans la facilité, que de traduire un signe par un phonème et/ou idéographoïde (sic ; mot inventé par Mr Hitz). Lequel "découvre", les 22 mots-code du protoceltique… (pas un de plus, pas un de moins), autant que de lettres dans l’alphabet hébraïque… (Alléluia ! Et le Daven "la prière" est dit…).

    Retranscrit par un / deux voir trois / quatre mots, selon son bon vouloir, afin de mieux cadrer un texte selon une traduction voulue.

    Comme il est tout aussi facile de traduire un glyphe par une consonne, et d'ajouter à volonté au mot, les voyelles que l'on souhaite, afin de trouver un terme qui colle plus ou moins bien avec le texte que l'on souhaite, puis de baptiser le tout à dessein, du nom d'écriture sémitique…, écrite parfois de gauche à droite…(pas comme le sémitique, mais comme l'écriture latine, comme c’est bizarre), avec des "lettres hébraïques" tirées de 5 à 7 alphabets sémitiques de pays (ou régions) différent(e)s… & d'époques différentes…(quels lettrés, linguistes et voyageurs, ces Glozéliens…), plus des lettres grecques, ibériques et j'en passe…, ce n'est pas honnête ni sérieux Mrs Hans-Rudolf Hitz & Herbert Sauren, et ça ne rend pas service à la cause de Glozel. Comme les "traductions hébraïsantes" de Daniel Völter (en 1930), qui n’hésitait pas à rajouter des glyphes…, ou qui prenait des fissures pour des lettres… Or en son temps, Salomon Reinach le disait déjà : - Il n’y a pas une lettre hébraïque à Glozel!

    Pas plus que de "traduire" le glozélien par le latin, comme Mme Marie Labarrère-Delorme (& Camille Jullian de l’Académie française, auteur d’une monumentale Histoire de la Gaule, fit même une tentative scabreuse de traductions en 1926, traduisant des signes en lettres latines selon son bon vouloir, et faisant des transcriptions en latin à l’emporte pièce…), exemple p. 50 & 52 avec une même suite de glyphes traduit différemment… & p. 24 / 25 en leurs donnant une origine différente…, dans : La première écriture de la préhistoire occidentale (1990, Saint-Julien-en-Genevois), en faisant accroire, par des arguties spécieuses historico-bricolées, que l'origine de cette langue est bien plus ancienne que ce que l'on dit. Or malgré ma critique, je dois dire à décharge, qu’une partie de la traduction des glyphes et des nombres est exact, mais que le résultat est controuvé, vu le mauvais choix de langue.

    Mais ces procédés de "traduction" erronés ne peuvent tromper que les béni-oui-oui et autres néophytes.

    L'ensemble de tels travaux par ces soi-disant "spécialistes", se présentant comme professeurs, docteurs, linguistes et/ou philologues, est plus que bancal, et de la véritable poudre aux yeux pour ceux qui ne cherchent pas plus loin que le bout de leur nez…, ou ne veulent surtout pas prospecter en dehors des sentiers battus, par peur des contradicteurs ou du ridicule (alors qu'en fait, ils sautent dessus à pieds joints).

    Fig. 53 p. 112 (de son livre) :                                          Fig. 3 (sur Wikipédia)

    Se lève, la lune (au-dessus) de la terre,                         Il se lève la lune (sur) la                                                                                  terre,

    (à l') angle 100 + 20 ( ?), (après que) le soleil               (à) l'angle 100 + 20 ( ?),                                                                                    (après) le soleil

    dans l'eau s'est couché, 10 + 4 (jours) la lune               dans l'eau couché s'est.                                                                                    10 + 4 (jours) la lune

    augmente (jusqu'à) la pleine lune (et) décline ( ?)        grandit (jusqu') à la pleine-                                                                  lune. (Et elle) se couche ( ?).

    Se lève le rayon (étoile ?), la lumière, à l'Est,               Il se lève le rayon                                                                                     (étoile ?), la lumière, à l'Est,

    Sirius ; (puis) le soleil est (de nouveau là)                    le Sirius ; (et alors) le                                                                                  soleil est (de nouveau là).

    La lecture de chaque ligne de "glozélien" s'effectue de gauche à droite.

     

    Fig. 54 p. 113 :                                                                Fig. 4

    La pierre (de calendrier) pointe vers la montagne,         La pierre monte sur la                                                                                      montagne,

    (où) on observe le feu (à) l'angle 50 + 20                     (où) se lève le feu (à)                                                                                        l'angle 50 + 20

    (A une) hauteur ( ?) 10 est la lune. La pleine lune         (dans une) hauteur ( ?) 10                                                                              est la lune. La pleine lune

    Domine l'homme : (tous les) 10 + 10 + 8 (jours)           Domine l'homme : (chaque)                                                                     10 + 10 + 8 (journées)

    un sacrifice de sang ( ?) la femme (lui) offre.                un sacrifice de sang ( ?)                                                                                    la femme (lui) offre.

    Sirius, rayonné par le soleil, dans l'eau                          Le Sirius, le cour du soleil                                                                           coupant ( ?), dans l'eau

        (ou p. 101)

    Sirius, le cours du soleil éclipsant, dans l'eau               

    se couche ( ?)                                                                  il se couche ( ?)


    La lecture s'effectue en commençant à la 1ère ligne en haut à gauche, en boustrophédon jusqu'à la 3ème ligne, puis (on se demande pourquoi ?) reprendre la lecture à gauche de la 4ème ligne en boustrophédon (quelle est la raison de cette différence de lecture par rapport à la Fig. 3 ? Si ce n'est bien-sûr pour "arranger" Mr Hitz dans ses "traductions"…). 

    Et je ne m'étendrais pas sur les "chiffres", sans rapport avec les nombres étrusques dont sont tirés les chiffres romains…, alors que selon ce "traducteur", l'époque de rédaction se situe dans la période romaine… C'est d'un déplorable ridicule !

    Vu le parti prix négatif sur Glozel, dans Wikipédia. Il n'est pas étonnant que des "traductions" ubuesques soient données en exemples sur ce site. Ce qui me réconforte, quant à la non présence de mes traductions sur ce "blog" encyclopédique du moindre…

    Suite : 

       J’ai écrit à Mme Juaneda-Calvier, tout le bien que je pensais des "intelligentes déductions" (litote) du Hollandais Daniel Völter, en 1927 : Pages 9 à 20, nous avons la "prose", pompeusement baptisée "Etude de Monsieur Völter", qui commence par lire les écrits de la fig. 330 en déchiffrant de gauche à droite (moi qui croyait que les sémites écrivaient dans l’autre sens), p. 11 ce Monsieur, ancien Théologien…, nous raconte que les sémites de Glozel (& allons donc), se servirent du mot hébreu J’lh : femelle du chamois, pour désigner le renne, n’ayant à l’évidence pas d’autre terme pour le désigner. Alors qu’en est il des Tseboim: "gazelles", de Tabitha / Aku: "antilope", Dorcas / Dishan / Dishon: "gazelle", Orpa / Jaala / Ayalah: "biche", Ophra / Leaphra: "faon" & Jalon / Ayal: "cerf", & pourquoi pas Rosh: "chevreuil", Guedi: "chevreau", ou même Beker: "chamelon" (en hébreu & araméen, voir : - l’Encyclopédie Biblique de F. Reisdorf-Reece), nommés dans l’Ancien Testament, ainsi que le Yakhmour: "Daim" (Deut. XIV : 5) & employés par Salomon dans sa poésie, et soyons sérieux à l’aspect plus ressemblant à un renne qu’au Jael: "chamois". Quant à voir J’lh ou même H j’lh précédé de l’article, dans des lettres enluminées accompagnant des gravures de Glozel, on touche le summum de la crétinerie, fig. 328 le mot est rajouté, fig. 329 & 378 il n’y a pas d’écrits, fig. 336 les lettres de droite & les fioritures ont été rajoutées, fig. 423 l’auteur prend de simples rayures pour des lettres hébraïques (ce n’est pas de l’hébreu c’est du chinois !) etc…. Mais de qui se moquent ces messieurs, avec leurs tartarinades hébraïsantes & autres galéjades de potaches attardés, depuis le colonel de Saint-Hillier (qui y voyait de l’arabe et du phénico-lybien) et F. Butavand (qui combinait le berbère, du phénicien, l’hébreu et même des mots égyptiens).  

    - A mon humble avis, ce personnage, mieux Völter que s’en faire écho ! 

       Comme pour le Disque de Phaïstos, qui est un simple prédécesseur du jeu de l’Oie : cases en colimaçon avec des figures plus ou moins symboliques, selon Jacques Touchet… C’est oublier que sa traduction en proto-ionien par Jean Faucounau (Le Déchiffrement du disque de Phaistos, Éditeur : L'HARMATTAN), est connue depuis 1999 (confirmée par celle de Mathieu Aref en grec-ancien. Quand on pense qu’un farfelu portugais, Ladislav de Souza, prétendait le "traduire" d’après l’hébreu… Encore un, dont on se gausse encore !), il faut dire que de telles élucubrations hébraïsantes font foisons. Dans le dernier arrivage, il y a Gigi Sanna, qui fut professeur de grec ancien (se disant peut-être, que ça peut payer d’aller voir du côté de Glozel), et sa "traduction" d'une tablette sarde de Tzricotu, via l'hébreu (allons donc ! Je dirais même "sarde alors…"), et ce dernier a même des visions, puisqu'il y voit, en jonglant fortement sur la graphie du glozélien, une parenté entre le sardo-cananéen (ça c'est de lui…) et le glozélien (sic)… Exemples ci-dessous, avec des glyphes presque ressemblants…(mais je n’ai pas trouvé mieux !) :

    P. 422 de son livre : - Sardôa Grammata (où il affiche déjà le sujet, avec cette phrase en couverture) : ‘ag ‘ab sa’an yahwh, il dio unico del popolo nuragico (… Yahvé, le dieu unique du peuple nuragique)

    Tab. 4 –

    Segni certi per valore fonetico (j’ai pour la compréhension, rajouté les lettres hébraïques)

    • ᴒ п                                                                    ’aleph (א)

    ••                                                                         beth (ב)

    ̶   (  )                                                                    he (ה)

    ׀  (  )                                                               yod (י)

      (patte gauche + longue)  v                              ’ayin (ע)

    (ʃ / J couché tête à gauche) &

    ( patte droite prolongée à 90°)                         sade (צ)

    Segni non decifrati

    F (en + diagonal)

    -          De moi : Toute personne un temps soi peu censée, peut ainsi constater, que les "exemples" de Sanna comparé avec de l’hébreu, ne sont que des élucubrations !

    p. 562 chapitre 15. A : L’Alfabeto di Tzricotu e dei documenti sardi e quello delle tavolette di Glozel

    Ce "traduttore…" trouve les équivalences sarde / hébreu ci-dessous :

    • ’aleph / א,

    •• beth / ב,

    ׀  (  )  yod / י,

    v ’ayin / ע,

    Λ gimel / ג

    • ᴒ ) hç (he / ה ?),

    (ʃ/J couché tête à gauche) sade  / צ,

     ˫ (en diagonale droite gauche) taw / ת ?

     

    Et page 566, les équivalences Tzricotu / glozélien // hébreu (c’est moi qui rajoute) ci-dessous :

    • ’Aleph // א,

    •• Beth // ב,

    Λ Gimel // ג,

       (Dalet…rien) // ד  

    ( ᴒ ) ں – hē // ה, (je suppose que c’est le • ᴒ ) hç de la page 562…)

    -o o- (les petites queues sont collées au "o") Waw // ו 

    ̸̸̸ ̸̸̸  ̷̷ ̷̷  ║ Zayn // ז,

       (Het…rien) // ח 

       (Tet…rien) // ט 

    ׀  (  ) Y T (en plus diagonal) Yod // י,

       (Kaf…rien) // כ 

       Lamed // ל,

    un genre de ȝ le bas finissant par une sorte de ʕ & une suite de ʍʍ accolés  Mem // מ,

    S  (en plus déformé) Nun // נ,

       (Samek…rien) // ס 

    O ʘ v () ’Ayin // ע,

       (Pe…rien) // פ 

       (Sade…rien) // צ, (alors qu’en page 562, il y a : ʃ / J couché tête à gauche)

       (Qof…rien) // ק 

       (Resh…rien) // ר 

    un genre de ˜˜ plus une sorte de ƨ ou s dont le bas est en queue de spermatozoïde  Shin // ש,

    ˫ (en diagonale droite gauche) t T T y ┴  Taw // ת,

     Comparez avec mes traductions...


  • Commentaires

    1
    V. Legou
    Dimanche 1er Décembre 2013 à 13:11

    Bonne démonstration, MERCI! Question: Ils bossent pour quelle synagogue, les hébraïsants?

    2
    Marcial Bozo
    Mardi 3 Décembre 2013 à 17:50

    l'ancetre des glozeliens etait un rabin des bois... ptdr

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :